La réalité virtuelle et le handicap moteur... la loi du 11 février 2005 qui prévoyait des dispositions permettant aux personnes en situations de handicap, d'avoir accès, entre autres, à la formation.

Source : CPFI Grenoble

Cette année 2019, les projets sur lesquels nous avons travaillé sont tous très intéressants, chacun avait son lot de défis et plusieurs supports technologiques ont été utilisés (Oculus Go, Oculus Quest, HTC Vive), nous sommes comblés.

Les domaines sont eux aussi vastes, de la santé sécurité avec des départs de feux, l’empathie, la sécurité informatique, les soins préhospitaliers, c’est parfait.

Ce qui nous fait le plus plaisir dans les projets que nous livrons, c’est le fait qu’ils soient toujours utilisés, 1, 2 ou 3 années plus tard, ils ne prennent pas la poussière quelque part. Dans le domaine de la réalité virtuelle, il n’est pas rare que des projets soient lancés mais restent sur une étagère pour le reste de leur vie, inutilisés et/ou non-utilisables.

Les possibilités de la réalité virtuelle, bien appliquée au domaine de la formation, sont très vastes, et ce que les clients font avec les projets est de plus en plus étonnant.

Nous avons été agréablement surpris et étonné par une application d’un projet en France, dans le domaine de la santé et sécurité, en simulation de départ de feu et d’utilisation d’extincteurs portatifs. Notre client a tenté une simulation avec une personne en chaise roulante. En effet, afin de respecter la loi française du 11 février 2005 qui prévoit des dispositions permettant aux personnes en situations de handicap, d’avoir accès, entre autres, à la formation, il a tenté l’expérience, et l’apprenant a été autonome tout au long de la simulation.

Voici donc en référence les liens et images vers cette expérience.